Chirurgien Alexandre Bouhanna
Chirurgien Alexandre Bouhanna

BODYLIFT

Après une perte de poids massive soit par régime soit par gastroplastie dans la chirurgie de l’obésité (anneaux gastrique, gastrique by-pass, sleeve gastrectomie), l’excès de peau autour de la taille qui en résulte à entraîné le développement d’une nouvelle intervention chirurgicale de la silhouette, le bodylift.

Le bodylift est une intervention combinant une abdominoplastie et une flancoplastie. Dans la même intervention, on retire l’excès de peau, et de graisse si nécessaire, du ventre, du bas du dos, de la face externe des cuisses et des fesses. Cette intervention permet également de remonter les fesses et de les regalber. Par ailleurs, la face externe des cuisses est liftée et liposucée.

Le body lift permet par l’intermédiaire d’une cicatrice tout autour du corps, placée au niveau d’un string, de réajuster la peau au corps, ce qui correspond à une remise en tension par un lifting du tiers moyen du corps.

Les indications d’un bodylift sont les amaigrissements importants plus ou moins associé au vieillissement avec un excès de peau distendu.
Cette opération est la plus longue et la plus lourde de chirurgie esthétique, elle dure en moyenne entre 4 à 6 heures et n’est proposée qu’à des patients en bon état général. Il y a deux phases pendant l’opération, au début le patient est couché sur le ventre puis une fois la partie postérieure du bodylift réalisée (la flancoplastie), le patient est retourné sur le dos pour le temps antérieur (l’abdominoplastie).

Lors de la phase postérieure, les fesses qui ont fondu lors de l’amaigrissement, et donc perdu leur galbe (aspect de fesse plate), sont regalbées par la réalisation d’un lambeau dermo-graisseux replié et enfoui sous la futur fesse (même principe que des prothèses de fesses).
La cicatrice qui en résulte est placée dans le string, cachée par les sous-vêtements.
Les résultats de cette intervention permettent de modifier la silhouette par la grande quantité de peau, et de graisse si besoin, retiré.

Cependant, cette chirurgie doit être mûrement réfléchi avant de l’envisager.
Du fait de la durée de l’intervention et de la quantité de peau réséquée associée à la liposuccion, le premier point à retenir est le risque de perte sanguine et donc la possibilité d’avoir recours à une transfusion de sang. Ainsi pour limiter le risque, tous les médicaments qui font saigner sont proscrits dans les jours qui précédent l’intervention.

Par ailleurs, le risque thromboembolique est lié à la durée de l’opération, notamment la phlébite, qui constitue un risque potentiellement grave par l’embolie pulmonaire qui peut en découler. Toutes les mesures seront bien sûr prises pour limiter et éviter ce risque (traitement anticoagulant, bas anti-thrombose, levé précoce) mais le risque zéro n’existe pas.

Plusieurs recommandations sont essentielles avant et après l’intervention :

- Arrêt du tabac pour la cicatrisation et le risque de nécrose au moins 1 mois avant et après l’intervention
- Arrêt les traitements progestatifs (pilules) pour limiter le risque thromboembolique
- Arrêt des traitement anticoagulant (aspirine, anticoagulants, anti inflammatoire…) plusieurs jours avant l’opération

La durée d’hospitalisation est de 2-3 jours à 1 semaine.
Un pansement (remplacé le lendemain par une gaine (type panty) à garder 1 mois en post-op) et des bas anti thrombose (15 jours en post-op) vous seront mis en fin d’intervention.
Le levé précoce dés le lendemain de l’intervention est essentiel pour diminuer le risque embolique et accélérer la récupération physique.
Le résultat sera évalué au bout de 3 mois et définitif à 12 mois après l’intervention.
Les cicatrices blanchiront à partir du 2-3ème mois.

Pour obtenir un résultat stable dans le temps des règles d’hygiène (éviter les variations de poids) et un exercice physique repris à partir de la 6ème semaine seront nécessaire.
Dans la grande majorité des cas, les interventions se passent bien, mais il faut être capable d’accepter les risques inhérents à tout acte de chirurgie à savoir, les risques lié à l’anesthésie, les hématomes, infections, nécrose cutanée et/ou graisseuse, sérome (épanchement lymphatique), problèmes de cicatrisation (hypertrophique, chéloïde).
De même que les risques plus spécifiques à la chirurgie esthétique et au bodylift ; défaut de résultat (excessif ou insuffisant), cicatrice asymétrique, trouble de la sensibilité de certaine zone, nécessité de retouche…

Le bodylift est une intervention qui donne de bon résultat esthétique et une grande satisfaction aux patients. Le confort est nettement amélioré (facilité d’habillement et de mouvement) associé à un vrai bénéfice psychologique (le corps est réapproprié).